Journée LCE 18 – 36 à Issoudun, le 15 mai 2014

JOURNEE  LCE 18/36 A NOTRE DAME DU SACRE CŒUR 

ISSOUDUN LE 15 MAI 2014

 

Prendre le bus ou venir en co-voiturage est une joie pour 48 d’entre nous qui partons à ISSOUDUN au centre JULES CHEVALIER.

Le père Auguié, recteur, nous accueille et captive notre attention par sa présentation de la basilique et l’historique de la congrégation.

Le père CHEVALIER est né en Touraine de parents modestes. C’est au séminaire de Bourges qu’il reçoit une lumière dans sa vie de foi sur le SACRE CŒUR. Ordonné prêtre il va mettre en œuvre son rêve de séminariste en créant une nouvelle congrégation à Issoudun installée par le vicaire général en septembre 1855. C’est la première fois que dans l’église on donne le nom de Notre Dame du Sacré-Cœur. Ce nom relie Marie et le Sacré-Cœur. Le retentissement fut extraordinaire en France et à l’étranger.

Le père Chevalier s’installe dans une grange qu’il transforme en église ; c’est la grande nef qui a été consacrée au culte en 1864 ; Puis devant l’affluence des pèlerins et la dévotion grandissante à N.D. du S.C. le père Chevalier fait ouvrir le cœur pour construire la chapelle de la vierge. L’église et la chapelle deviennent BASILIQUE DE NOTRE DAME DU SACRE-CŒUR. Sous la chapelle se trouve la crypte où repose le père Chevalier.

Dans la chapelle tout au fond se trouve la statue en marbre de carrare de N.D. du S.C. La première représentation de N.D. du S.C. se trouve sur un vitrail de la chapelle et Jésus bénit. Dans la statue Jésus montre sa mère pour dire « si vous voulez connaître mon cœur demandez à Marie »  Les vitraux sont d’origine et représentent les mystères du rosaire. Les lumières rouges témoignent de la prière  de pèlerins d’aujourd’hui et les ex-voto disent l’action de grâce de ceux d’hier.

Dans l’église les vitraux du haut représentent des scènes de l’Evangile et ont été refaits en 1948. Ceux du bas sont semi-figuratifs avec une technique unique au monde. Le chemin de croix a été réalisé par des espagnols de  passage. Entourant l’autel le grand calvaire représente Marie regardant son Fils, une main pointée vers le côté transpercé de Jésus l’autre tendue vers nous. MARIE NOUS CONDUIT AU CŒUR DU CHRIST. Pour le père Chevalier le côté percé est une porte pour nous accueillir, pour entrer dans le cœur du Christ. Cela rejoint ce qu’a dit le concile sur Marie  » Marie est celle qui nous fait entrer dans le mystère du Christ et de l’Eglise »

A la demande des pèlerins le père Chevalier va créer un groupe de prière international ou FRATERNITE N.D du S.C. C’est une fraternité car on ne prie jamais seul, chacun prie aux intentions de autres.

Le père Chevalier est aussi à l’origine de 3 congrégations religieuses devenues mondiales: Les Missionnaires du Sacré-Cœur ; les Filles de N.D. du S.C. ; les Sœurs Missionnaires du S.C. poursuivent l’œuvre commencée en 1854.

A 11h30 la Célébration Eucharistique fut également un temps d’hommage et de communion avec Michel Herbreteau dont les obsèques étaient célébrées le même jour et avec Elisabeth Vincent de Neuvy St Sépulcre partie elle aussi rejoindre le Père.

Enseignement de l’après-midi : « ANNONCER, CELEBRER, SERVIR »  Ces 3 verbes résument notre identité baptismale : » TU ES  PRETRE,  PROPHETE ET ROI « .

ANNONCER : le baptisé participe à la fonction prophétique par l’annonce de l’Evangile par le témoignage. L’annonce met en jeu notre relation au Christ, à l’Eglise, aux autres. Celui qui annonce est renouvelé par ce qu’il annonce. Aller aux périphéries c’est écouter, accompagner celui qui est resté au bord de la route, respecter sa liberté, lui donner la parole tout en témoignant de ce qui me fait vivre.

CELEBRER  va avec le mot Prêtre. Par le baptême nous sommes capables de prier, de louer, de célébrer. Il y a de nombreux lieux et manières de célébrer. La liturgie en est le grand lieu par excellence. Par la prière Eucharistique  » PAR LUI, AVEC LUI ET EN LUI « nous entrons dans la prière de Jésus et le JE devient NOUS. La liturgie est le lieu où notre vie est unifiée dans le Christ. Que notre vie devienne eucharistique.

SERVIR : dans l’ancien testament le roi est un serviteur. Pour les baptisés vivre la fonction royale c’est servir les autres, c’est donner de la place à l’autre et le laisser faire avec ce qu’il est. Le christianisme a une dimension sociale. La foi implique un désir de changer le monde, de rechercher les causes des besoins ou  souffrances et quelles réponses on peut apporter à la lumière de l’Evangile.

 

LA  PRIERE  MARIALE clôturait cette journée                                                

En conclusion:

Retenons ce dialogue, écrit par le P.Alfred Bour, disant toute la grandeur de la spiritualité d’Issoudun qui allie Notre-Dame et le Sacré-Coeur de Jésus

Marie dit :  » Voici mon fils  » Jésus répond: « Voici mon coeur! Voici ma Mère, le chemin de mon coeur! (c’est) Notre Dame du Sacré-Coeur!

 

compte rendu rédigé par Bernadette le 20 mai 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *