Journée d’amitié LCE 29 au Folgoët

Le 27 avril 2013, la délégation LCE 29 s’est retrouvée au Sanctuaire Notre-Dame du Folgoët pour sa première journée d’amitié depuis la nomination de sa nouvelle déléguée, Anne-Marie Jaouen. De nombreux adhérents étaient présents, mais aussi notre Présidente, Marie-Claude Aizpurua ; notre Vice-Présidente, le Docteur Anne Favre ; ainsi que notre Secrétaire Général, Georges Landier. De même, notre déléguée avait invité nos amis Bretons du 35, Louisette Vigneron et son mari, accompagnés d’amis ; Yann Pivet, délégué LCE 75 ( mais davantage Breton que Parisien ! ) ; Marie-Claire Visomblin, déléguée LCE Jeunes & Enfants, et son mari ; ainsi que Mme Odile Gaude, responsable de la Pastorale de la Santé dans le Finistère.

Notre journée a débuté par une célébration eucharistique en la Basilique du Folgoët à 11h30, célébrée par notre Vicaire Général du diocèse de Quimper et Léon, le père Jean-Paul Larvol, et concélébrée par le précédent aumônier de notre délégation, le père Victor Nerriec. Nous gardons en souvenir l’émouvante procession d’entrée animée par des sonneurs en habits traditionels, spécialement venus de Quimper ; ainsi que la très belle homélie du père Larvol, dans laquelle il a pesé le sens des mots qui déclinent notre association : Lourdes, Cancer, Espérance, 29. Nous sommes tous invités, dans les responsabilités qui sont les nôtres, à toujours porter la tenue de service pour nos frères et soeurs malades, fragilisés.

 

Après un  » Verre de l’amitié « , nous nous sommes réunis autour d’un pique-nique, où chacun a pu partager ce qu’il avait apporté. Enfin, nous avons terminé par une réunion au cours de laquelle notre Présidente a remis la médaille Lourdes Cancer Espérance à notre déléguée, Anne-Marie Jaouen, et au père Victor Nerriec. Nous tenions à remercier nos adhérents qui nous ont accordé leur confiance, le Bureau National et le Conseil d’Administration pour leur soutien depuis de nombreux mois, et Mr Pivet qui a beaucoup oeuvré pour que notre délégation puisse retrouver son calme et son sens du service. Notre Saint-Père François nous l’a demandé dans son homélie du dimanche des Rameaux : Ne nous laissons pas voler notre espérance, celle que Jésus nous donne !

Pour finir, nous partageons avec vous l’histoire miraculeuse du Folgoët :

Vers le milieu du XIVè siècle vivait dans une clairière de la forêt lesnevienne, un homme nommé Salaün. Les habitants le nommaient familièrement « Le Fou du Bois » (Fol ar Coat). Considéré comme un « innocent », Salaün mendiait son pain de ferme en ferme. Il demandait l’aumône, en répétant inlassablement : « Ave Maria ! Salaün mangerait bien un morceau de pain ! » (Salaün a zebfre bara !) Il aimait à se balancer sur la branche d’un arbre, au-dessus de la fontaine, et il chantait à pleine voix : « Ô Maria ». En même temps, il se plongeait dans l’eau jusqu’aux épaules.

 Sa mort survenue vers 1358 (à 48 ans) laissa les gens indifférents. Il fut enterré au village de Lannuchen qui occupe l’ancien emplacement du cimetière et de l’église d’Elestrec (ancienne paroisse du Folgoët), près du manoir de Kergoff. Aujourd’hui encore on peut voir le calvaire encadré des quatre pierres ovoïdes qui proviennent de son tombeau. Mais peu de temps après sa mort, on découvrit sur sa tombe, près du chêne où il se balançait et de la fontaine où il trempait son pain, un lys sur lequel on lisait ces mots écrits en lettres d’or : « AVE MARIA ». En ouvrant la tombe, on constata que ce lys avait pris racine dans la bouche du défunt. Le miracle attira rapidement les foules et on voulut bâtir une chapelle sur la tombe de « l’innocent ».

Averti des merveilles qui se déroulaient au Folgoët, Jean IV de Monfort, pour se faire pardonner les exactions commises par ses alliés  dans tout le Léon durant la guerre : pillages d’églises, de monastères, et pour accomplir son vœu d’édifier un sanctuaire à Notre-Dame, favorisa la construction de l’église actuelle.

 Dès 1365, il vint au Folgoët et posa la première pierre de l’édifice. Mais les guerres qui survinrent à cette époque firent suspendre les travaux. Jean IV mourut en 1399 en recommandant à son fils Jean V de continuer son oeuvre. Il vint au Folgoët en 1404 et les travaux recommencèrent. En 1419, Monseigneur de La Rue, évêque de Léon, bénit le sanctuaire qui fut érigé en Collégiale par Jean V en 1423.

Source : http://notre-dame-folgoet.cef.fr/origine.htm

4 Responses

  1. Je rends grâce pour ce nouveau départ… Oui restons en tenue de service, tous ensemble et gardons bien les valeurs L.C.E., tant de malades en ont besoin. Bien avec vous en ce mois consacré à Marie, et merci pour le courage que vous avez manifesté dans la tempête.
    Soeur Marie Jean L.C.E.42

  2. JE SUIS HEUREUX QUE VOUS AYEZ RETROUVE LE CALME ET LA SERENITE QUI SIED A NOTRE ASSOCIATION.
    LE PELERINAGE DE SEPTEMBRE FINIRA LE TRAVAIL QUE VOUS AVEZ ENTAME.LA TEMPÊTE SE CALME ET VOUS ALLEZ POUVOIR JETER VOS FILETS POUR RETISSER LES LIENS DE LCE 29
    BON COURAGE
    VOS VOISINS DE LCE 22
    YVES

  3. Merci à vous tous qui avez permis que cette journée puisse être , merci à vous tous qui avez été des artisans de paix .Pensons à tous ces malades qui nous entourent et à tous ceux qui viendront , qu’ils puissent trouver réconfort et amour .Dans chaque épreuve de la vie , il y a du positif , à nous de savoir le trouver et cha-
    que rencontre est un pas de plus vers Dieu .Ne fermons pas la porte quoiqu’il se soit passé et regardons toujours devant.
    MCA

  4. Déléguée des « Jeunes et des Enfants » (mail que je leur ai envoyé le 30/04)

    Merci pour cette journée. C’était réellement une journée d’amitié, même si l’intervention du diacre a pu donner l’impression de venir la ternir! Est – ce que ce n’était pas la main de Dieu pour venir confirmer en pratique, cette très belle messe où vous avez manifestez votre désir « d’ouvrir la porte ».

    Je suis contente d’avoir pu participer à ce nouveau départ.
    Je suis fière de voir, que la délégation « Jeunes et Enfants » a des jeunes très responsables et très vrais dans leur vie: qu’ils ne peuvent se laisser « acheter par le malin », qu’ils sont capables d’affronter les difficultés pour oeuvrer positivement, avec grande humanité, dans un mouvement où Dieu est présent: c’est une grande satisfaction de voir que le fruit du pèlerinage vous accompagne toute l’année.

    L’Esprit Saint me semble avoir toujours été présent, peut-être pas quand vous le vouliez, mais, toujours au bon moment. Continuez à avoir confiance en Lui… .

    A bientôt, dans le Limousin. Bonne route. Marie-Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *