Fête LCE en Ile-de-France

Cette année, les Yvelines étaient chargées d’organiser la rencontre LCE Ile-de-France qui a lieu tous les trois ou quatre ans. Toutes les délégations ( Paris, Hauts-de-Seine, Val ’Oise,
Essonne, Val de Marne, Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne et Oise) ont donc rejoint les Yvelines dans la grande salle du Centre Huit, à Versailles le 25 janvier dernier. Les participants ont été très nombreux – un peu plus de 200 – grâce à l’extraordinaire mobilisation des différents délégués et sans doute aussi motivés par la joie de se retrouver ensemble pour une belle journée d’amitié au cœur de l’hiver.

Le mot d’accueil

Un accueil chaleureux est assuré par toute une équipe LCE78 après que tous ont pu trouver une place de stationnement, gentiment guidés par Yves et son équipe, ou bien arrivés par le train, la gare étant toute proche. Après le réconfort d’un café, tout le monde a pu prendre place et la journée a débuté par un mot d’accueil de Chantal, déléguée LCE78. Celle-ci a commencé par remercier tous ceux qui font la vie de LCE et qui tout au long de l’année animent notre association avec l’ardeur et le sourire que nous leur connaissons, et qui nous ont fait l’amitié de répondre à notre invitation : Marie-Claude, accompagnée de Georges Landier, Bertrand Barjou et Laure, son épouse, Anne Favre, Bernadette Douillet, ainsi que des membres du conseil d’administration : Laurent et Bernadette Kiriazopoulos et Jacques et Marie-France de Charsonville. Elle a remercié tout particulièrement le Père Michel Pagès qui a accepté d’intervenir pour nous introduire au thème de la journée : les Psaumes. Enfin, elle a associé à ces remerciements toute l’équipe d’animation LCE78 – Julien, le chef d’orchestre de cette journée, Nathalie, Geneviève, Suzel, Dominique, Yves, Jean-Pierre – et tous ceux qui spontanément ont accepté de prendre en charge la préparation matérielle de cette rencontre et ont veillé sur tous. Sans oublier le Père François-Laurent Cœur, notre aumônier depuis deux ans, toujours très présent à tous, et qui a préparé la célébration eucharistique.

 

Le message de notre évêque

Nous avions également invité notre évêque, qui n’a pu se joindre à nous pour un moment,
mais qui nous a adressé le message suivant que nous a lu le Père Cœur en ce début de journée :
« Chers amis de Lourdes Cancer Espérance, bonjour!
Au début de votre journée d’amitié, de rencontre et de prière, je suis heureux de vous adresser quelques mots que je demande au Père François-Laurent Coeur de vous transmettre. Je suis touché de la façon avec laquelle vous affrontez dans la foi, avec l’aide de la Sainte Vierge, l’épreuve du cancer. Vos réseaux d’entraide fraternelle sont une réponse à ces demandes d’aide formulées par les personnes malades et leur entourage. Autant la maladie peut pousser à l’isolement, autant l’amitié et les relations de fraternité permettent de garder confiance et de trouver du réconfort pour lutter dans l’espérance.
Le peuple des baptisés, l’Eglise, se joint à votre prière et prie pour vous. Elle demande sans cesse à être habitée par Celui qui est la source de toute joie :  » Même au milieu des pires soucis, il faut permettre à la joie de la foi de commencer à s’éveiller, comme une confiance secrète mais ferme » (Pape Francois, Joie de l’Evangile n°6 ). »
+ Eric AUMONIER
Evêque de Versailles pour les Yvelines

Nous remercions Mgr Aumonier pour sa pensée et sa prière pour nous en ce jour.

Le programme de la journée

Puis Chantal a indiqué le programme de la journée élaboré avec tous les délégués concernés depuis mars 2002 lors de nos différentes rencontres à Lourdes, avec un double objectif : que chacun puisse y vivre la fraternité LCE, et en même temps repartir plus riche de ce que nous aurons partagé ce jour-là. Très vite un thème s’était  imposé : comment retrouver la paix dans les jours d’angoisse et de révolte ? le courage et le soulagement dans les jours de souffrance ? le réconfort dans la peine ? la louange dans les moments de reconnaissance ? Sans doute la prière des Psaumes, ces cris de l’humanité blessée vers Dieu peut-elle être une réponse à nos questions et un lien que l’on peut conserver avec Dieu, même quand celui-ci se tait au plus profond de la nuit.
Dans cette journée donc, deux temps forts, dans lesquels nous allons davantage rentrer en détails dans ce compte rendu :

– le matin une introduction à la prière des Psaumes, par le Père Pagès ;

– l’après-midi, Rose Bacot, avec sa clarinette et sa voix, nous aidera à méditer et prier sur quelques psaumes.

La présentation des délégations

Après ces quelques mots d’accueil, c’est à chaque délégation de se présenter, en
insistant essentiellement sur un point qui lui tient à cœur. Nous pourrions ainsi facilement
résumer ce qui ressort de toutes ces présentations par un mot : l’appartenance à une grande famille, avec toute la richesse liée à cette notion . Que ce soit le groupe « lien »
de Paris, le groupe de prière de la Seine-etMarne, l’organisation d’un mini-pèlerinage d’une journée des Hauts-de Seine, les « relais » des Yvelines, les rencontres régulières de la plupart des délégations, sans oublier le délicieux chant mimé et dansé « Toi, plus moi, en Essonne », il ressort que c’est bien l’amitié, la fraternité, le partage, la solidarité, le soutien, le réconfort, l’accompagnement, l’attention aux autres qui sont le moteur de nos délégations.

C’est ensuite au Père Pagès qu’il revient de nous faire rentrer dans le thème de la journée. Nous ne donnerons ici que l’essentiel de son intervention, ce très beau moment qui a été une révélation pour beaucoup d’entre nous.

Un repas convivial

A midi, le temps du repas, sous forme de pique-nique a été un moment de très grande
convivialité et de joyeux échanges, souvent entre délégations, et qui s’est terminé par un partage de galettes des rois arrosées de cidre.

 

Un temps de prière et de méditation

L’après-midi, Rose Bacot nous a offert une entrée originale dans la prière de quelques
psaumes. Clarinettiste de formation classique, elle a été séduite par la musique kletzmer, héritée des communautés juives d’Europe centrale. Cette musique illustre de façon merveilleuse toute la palette des émotions et sentiments humains évoqués par les psaumes – abandon, désespoir, crainte, espérance, confiance, joie, louange, reconnaissance… C’est ainsi qu’elle s’est peu à peu sentie appelée à mettre sa formation musicale au service de sa foi. Par un dialogue alternant entre voix et clarinette, entre musique et parole, en français et dans le texte original hébreu, elle a guidé nos cœurs sur le chemin de la méditation et de la prière.

Elle a placé ce temps de prière sous le regard de tendresse de Marie devant une illustration de «Pieta» esquissant un sourire et a donc débuté par le poème de Claudel : «Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer… Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.» Et c’est par un Magnificat que s’est achevée cette heure. Entre les deux, elle a enchaîné divers psaumes, faisant résonner en nous musique et parole, en français et souvent dans le texte original hébreu. Nous voyions Rose prier simplement devant nous, et spontanément nous priions avec elle, faisant nôtres avec elle les mots du psalmiste. Un moment très émouvant pour beaucoup d’entre nous, même si certains ont pu avoir du mal à rentrer dans cette expérience spirituelle et ont pu en être étonnés ou déroutés. Merci, Rose, de cette belle introduction au cœur de la prière des Psaumes. Pour ceux qui voudraient poursuivre, voir le site : laclarinetteconte.com

La célébration eucharistique

Cette rencontre s’est achevée par une très émouvante célébration eucharistique, concélébrée par six prêtres à toutes les intentions de LCE et du monde, le Père Cœur nous invitant dans son homélie à toujours plus de fraternité. Et lors du chant final, Marche avec nous Marie, tous les participants ont spontanément fait danser leurs foulards, témoignant sans doute ainsi de l’allégresse qui remplissait alors leur cœur.

L’heure ayant tourné et certains ayant encore un grand trajet à faire, la journée s’est achevée très vite. Espérons que chacun en gardera de bons souvenirs, et aura transformé son regard sur la prière des Psaumes, ce qui l’aidera à mieux entrer dans cette prière.

© Photos : Merci à Bernard Apostolidès et Bernard Pierre