Martine Delloye : « Saint Joseph nous rappelle que l’Eglise doit faire croître la vie divine dans les âmes »

Déléguée de LCE-Belgique, Martine Delloye cherche, par la prière, à rester unie au Père avec cette demande : « Que ta Volonté soit faite ». Tous les chrétiens sont appelés à suivre le chemin de la confiance en un Dieu d’amour, à s’en remettre à Lui, dans l’écoute d’une Parole qui est Vie, et qui nous envoie en mission. Avec foi, Martine nous parle de saint Joseph, cet homme « juste » qui, en toutes circonstances de la vie, a voulu accomplir le bien et rester humble dans l’obéissance à Dieu.

De quelle manière Joseph peut-il nous conduire sur nos chemins de vie ?

Dans ma crèche familiale, la sainte Famille est représentée de manière sobre, sans les mages ni les bergers. Saint Joseph se tient au milieu, une lanterne à la main pour ouvrir la route, selon les plans de Dieu. Il avance, mais il est devancé par la lumière que Dieu a allumée en lui. Saint Joseph est tout écoute devant son Créateur. Il est tenu par Dieu, et cela nous enseigne que sans Dieu, on ne peut rien faire. C’est lui qui conduit Marie au moment de la naissance de Jésus. Il prend les devants quand, menacée par Hérode qui veut tuer tous les nouveau-nés, la sainte Famille s’enfuit en Egypte. Il est Celui que Dieu a choisi tout comme Marie a été choisie et préservée du péché originel.  C’était un juif érudit, comme les saints prêtres, où dans son cœur, tout était accueil de la Parole. Bien avant qu’on lui annonce qu’il serait le gardien de la sainte Famille, Joseph avait une place libre, offerte. Sa vie fut service : de par son rôle au temple, de par le rôle qu’il a tenu au sein de sa famille. Joseph était relié à Dieu, et tout au long de sa vie, il n’a cessé d’approfondir ce lien au contact direct de son Dieu : en conduisant Jésus au temple pour le faire reconnaître, en exerçant son métier de charpentier, en amenant Jésus dans la société.

De quelle manière Joseph est-il le protecteur de l’Eglise ?

Saint Joseph a accueilli la première Eglise chez lui. Il a formé la première communauté auprès de Jésus. La dernière fois qu’il apparaît dans les Evangiles, c’est quand il retrouve Jésus qui, à l’âge de 12 ans, était resté au temple pour enseigner les docteurs de la loi. Plus tard, c’est Jésus qui laissera Pierre prendre en main cette première Eglise. Cela procède du même mouvement : je fais place, je remplis ma mission, je m’efface, je laisse l’autre grandir… Saint Joseph s’est effacé pour laisser Jésus accomplir sa mission. La vocation de saint Joseph est de « protéger » : il a protégé son épouse enceinte des regards, des intempéries en cherchant un lieu sûr et à l’abri, mais aussi quand la vie de l’enfant était menacée, aussi nous pouvons l’invoquer pour tous ceux qui sont malades, qui connaissent une épreuve, ou qui ne parviennent pas à trouver leur place dans ce monde. Il y a aussi des familles qui, après le décès du papa, décident de se placer sous la protection de saint Joseph. Il veille sur chacun de nous. Saint Joseph nous rappelle que l’Eglise doit garder le Corps de Jésus, le défendre, faire croître la vie divine dans les âmes. Saint Joseph n’a eu de cesse de protéger Jésus. Il a empêché que les gens malintentionnés s’en prennent à sa vie. Puis, cette vie divine du Christ a commencé à sortir de la petite unité familiale simple, pour se donner au monde. Entre autres, on peut demander à saint Joseph de bâtir une famille, une vie unie, de renoncer à la tentation de la division, de faire croître la famille LCE… On peut déjà construire sur Terre le Royaume de Dieu.

Vous dites de saint Joseph que « sa foi est sa loi ». Que voulez-vous dire ?

Joseph obéit à la loi juive, non par le souci de suivre une loi stricte mais par l’accueil chez  lui d’un double trésor : Marie et Jésus. Dans un premier temps, il songe à répudier Marie en apprenant qu’elle est enceinte, ce qui relève d’une question légitime. Mais Joseph écoute l’ange qui lui annonce la future naissance du Messie, l’œuvre de Dieu. Sa foi lui dit qu’il faut faire un choix. Il décide alors de faire confiance au Seigneur. Dans le livre de la Sagesse, on peut entendre cette parole : « Il faut devancer le soleil pour Te rendre grâce et Te rencontrer dès le lever du jour. » Dans le songe de la nuit, Joseph s’est mis à l’écoute de Dieu, il se situe en sa présence. Dieu est là qui dit : « Fais-moi confiance ».

De quelle manière les vertus de saint Joseph peuvent-elles nous guider ?

J’évoquerais en premier la vertu d’obéissance. Saint Joseph a pris le Père comme modèle. Comme lui, il nous faut faire ce pas : devenir fils ou fille du Père. C’est un Père qui ne veut que de l’amour pour nous. Il nous a créés pour l’amour, et nous a donné un rôle sur la terre. Si je ne suis pas obéissante à sa volonté, je risque de dévier. Avant d’avoir un rôle au sein de la société, comme mère de famille, déléguée LCE ou catéchiste, je dois être obéissante à ce que le Seigneur désire pour moi. En deuxième lieu, saint Joseph nous guide pour être des hommes et des femmes d’aujourd’hui ; lui-même avait une responsabilité sociale. Il est monté en Judée pour le recensement, il a conduit Jésus au temple. Il est  « connecté » à la réalité sociale. Autre point important : il y a un juste rapport entre son temps de prière et son temps de travail. Comme charpentier, il était très actif. On peut l’imaginer livrer ce qu’il a fabriqué, discuter avec ses voisins. Mais dans le même temps, il laisse les bruits du monde pour se ressourcer et prier le Père. Il est tout le temps aux côtés de Jésus et de Marie, ce qui renforce sa vie spirituelle. Pour pouvoir servir Dieu, nous sommes invités, comme saint Joseph, à nous « laisser couvrir » par l’Esprit. A aucun moment, il ne se replie sur lui-même, ni se gonfle d’orgueil au regard du rôle qui lui est confié. Il obéit à la demande du Créateur. Il le fait de manière humble mais il n’en est pas moins puissant. Enfin, saint Joseph a exercé son métier avec honnêteté et justice ; il est le patron des travailleurs, et en ces temps de pandémie où nombre d’emplois sont menacés, on peut invoquer sa protection.

Saint Joseph est aussi le patron de la bonne mort…

Quand Dieu l’a rappelé à Lui, on imagine que saint Joseph a expiré entre les bras de Marie et de Jésus. Qui, mieux que lui, pourrait nous conduire à Jésus ? Je me souviens d’une personne malade, hospitalisée en soins palliatifs, et de son bonheur à découvrir le tableau du Christ miséricordieux, peint selon les indications de sœur Faustine. Puisse l’aspect du Christ être, au moment de notre mort, une douceur et une fête ! On peut invoquer saint Joseph pour qu’il nous fasse voir Jésus. On peut demander à Joseph force et grâce car il est relié à Marie et à Jésus.

Propos recueillis par Béatrice Rouquet

2 Responses

  1. Merci Martine pour ce très beau commentaire de St Joseph. Je me sens aussi très proche de ce grand saint car je crois que lui et Marie étaient inséparables jusqu’à ce que le mort les sépare physiquement mais ils sont toujours inséparables au Ciel et là où est Marie, là aussi est St Joseph et bien entendu Jésus… Quelle grâce!

  2. C’est vrai que l’on oublie souvent Saint Joseph alors qu’il est un modèle pour tout le monde, j’ai beaucoup aimé tout ce qui est écrit sur lui,
    je le prierai beaucoup plus souvent pour lui demander une faveur : que mes petits enfants soient baptisés, c’est un grand chagrin pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *