Réouverture partielle du Sanctuaire

Samedi 16 mai 2020, le Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes ouvre de nouveau ses portes pour les pèlerins individuels de proximité.

Statue de Bernadette à l’entrée de la passerelle de l’Accueil Notre-Dame, Sanctuaire de Lourdes. Photo D.R. Philippe Cabidoche

« La réouverture, ce samedi 16 mai, est un grand signe d’espérance ! Je m’en réjouis beaucoup et à cette occasion je veux lancer cet appel : Aidez le Sanctuaire à se relever ! » Mgr Olivier Ribadeau Dumas, recteur du Sanctuaire de Lourdes.

Les mesures sanitaires suivantes ont été mises en place par le Sanctuaire :

– Le port du masque est obligatoire

– Aux deux entrées principales, des hospitaliers accueillent et informent les pèlerins.

– Les membres de communautés religieuses de Lourdes, aidées par un marquage au sol, accompagnent par dix les personnes souhaitant se rendre à la Grotte.

– Les chapelains maintiennent la prière continue à la Grotte et proposent le sacrement de la Réconciliation à l’église Sainte-Bernadette, dans le respect des distances entre les personnes.

– Face à la Grotte (rive droite), aux chapelles de lumière, ainsi qu’aux robinets d’eau de la Grotte, les pèlerins sont invités au respect des distances. Un marquage au sol facilite la compréhension de tous. Hospitaliers et gardes du Sanctuaire veillent à ce que la durée du recueillement personnel soit raisonnable.

Les horaires d’ouverture sont de 14h à 18h, en se présentant à la porte Saint Joseph ou à la porte Saint Michel.

L’année 2020 sera une année très difficile pour les finances du Sanctuaire. Le recteur a lancé un appel aux dons pour compenser les 8 millions d’euros de pertes, engendrées par cette saison gâchée.

A titre de comparaison, rappelons que la Grotte a déjà fait l’objet de sévères mesures de restriction. C’était … en 1858 !

Procès verbal dressé par le garde champêtre de la Ville de Lourdes, Pierre Callet, le 13 septembre 1858, dressant la liste des personnes ayant enfreint la restriction d’accès à la Grotte (ici un groupe de Vic-en-Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées). Source Archives municipales de Lourdes, Photo Philippe Cabidoche
Signatures de Pierre Callet et du commissaire Jacomet.
Source Archives municipales de Lourdes, Photo Philippe Cabidoche

Philippe Cabidoche

2 Responses

  1. Merci Philippe
    C’est un début mais qui laisse entrevoir un futur meilleur .
    Prions tous ensemble que Lourdes redevienne ce qu’il a toujours été un lieu de recueillement , de belles rencontres et de joie.

  2. Cher Philippe,
    C’est un document émouvant où la Bigorre lointaine vient à Lourdes il ne s’agit plus de la proximité, mais on vient de loin maintenant. Sept heures à pied peut être 4 heures en calèche, ce lundi matin du 13 septembre 1858. Il est évident qu’ils ne pouvaient pas ne pas aller à la grotte après des efforts si importants voir coûteux. Aucun clerc n’est mentionné, c’est le peuple de Dieu qui marche de son propre chef, Vic-en-Bigorre n’est pas un petit village mais un bourg et c’est la bourgeoisie qui se déplace. Et il y a le trajet retour à faire.

    Demain, j’irai à la Grotte.

    Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *