L’Accueil Notre-Dame fête ses vingt ans

L’Accueil Notre-Dame fête ses vingt ans : une belle histoire aux côtés de Lourdes Cancer Espérance

Inauguration de l'Accueil : un pèlerin malade de LCE lâche la colombe symbolique - Photo : Durand / col. archives-et-patrimoine-sanctuaire

D’une capacité de 902 lits, l’Accueil Notre-Dame permet d’accueillir les pèlerins malades ou handicapés, y compris ceux qui sont en fin de vie ou qui souffrent de pathologies très lourdes. Ce sont environ 600 000 pèlerins qui ont été hébergés en vingt ans. Un chantier dont la première pierre avait été bénie le 11 février 1996 par Mgr Sahuquet, évêque de Tarbes et Lourdes. Après treize mois de travaux, l’Accueil a ouvert ses portes le 7 avril 1997. La bénédiction eut lieu le 20 septembre 1997, alors que se tenait le pèlerinage de Lourdes Cancer Espérance. Le cardinal Barragan, responsable du conseil pontifical pour la pastorale des services de santé, et envoyé spécial du Pape, avait béni toutes les personnes malades mais aussi toutes celles qui sont à leur service.

Un hôte célèbre de l'Accueil Notre-Dame, le pape Jean-Paul II, venu à Lourdes en pèlerin malade, en 2004

Avec le pèlerinage de Lourdes Cancer Espérance, les liens sont très forts et se disent avant tout dans le même esprit qui anime les équipes du Sanctuaire et de l’hospitalité HLCE. Une présence à l’autre qui témoigne que chacun est aimé, attendu, accueilli. En amont du pèlerinage, Bernadette Douillet, présidente de l’hospitalité HLCE, s’adonne à l’art floral pour préparer les décorations qui viendront égayer les lieux. Une attention qui en dit long sur la façon dont, à son niveau, chacun veille à donner le meilleur pour prendre soin des personnes malades. Qu’ils soient médecins, infirmiers ou infirmières, brancardiers, ou hospitalières, chacun accomplit sa mission avec la double volonté d’agir avec dévouement et compétence, mais aussi bienveillance et humanité.

Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, les équipes de l’hospitalité se relaient pour accomplir leur mission. « Avec nos équipes, nous veillons à assurer le confort des personnes que nous accompagnons : qu’elles n’aient pas froid, qu’elles soient bien nourries, qu’elles reçoivent les soins nécessaires… C’est grâce à tout ce qui est fait pour leur bien-être physique, que les pèlerins peuvent profiter pleinement de leur pèlerinage, et qu’ils ont cette petite lumière dans les yeux. Ils sont sereins, ils oublient leurs souffrances. Ils vivent le moment présent », souligne Anne Favre, médecin-chef du pèlerinage.

Et c’est bien là toute la force de ce lieu où se vit l’Evangile selon l’esprit insufflé par Notre-Dame de Lourdes, et porté par les hôtes de cette maison de famille. « L’Accueil Notre-Dame appartient à ceux qui le font vivre, aux malades comme aux hospitaliers », témoigne François Labadie, directeur. Présent au Sanctuaire depuis 1998, il sait la valeur de ce qui est partagé dans ce lieu unique au monde. Des moments où l’on apprend à vivre dans un esprit d’humilité comme le rappelle le Pape François : « Le chemin du Seigneur est le service (…).Pour un chrétien, progresser, aller de l’avant, signifie s’abaisser, s’abaisser. Demandons au Seigneur cette grâce. »

Fête de la Lumière à l'Accueil Notre-Dame

Pour les pèlerins qui logent à l’Accueil, les liens fraternels ajoutent au confort d’un cadre de vie où tout est fait pour pourvoir aux attentes particulières. Déléguée de la Vendée, Marie-Jeanne Dugas le souligne volontiers. «Si l’expérience des pèlerins vendéens qui logent à l’Accueil a toujours été positive, j’ai pu en prendre toute la mesure quand j’y ai séjourné moi-même en 2016. L’hébergement à l’Accueil Notre-Dame apporte un grand confort aux pèlerins fatigués ; ils peuvent participer au pèlerinage à leur rythme. Tout est organisé avec beaucoup de délicatesse pour que nous passions un bon séjour. J’ai été très sensible aux qualités humaines des hospitalières qui œuvrent avec patience et charité.  Les pèlerins bénéficient d’une organisation réglée dans les moindres détails quand, par exemple, il s’agit de se rendre aux célébrations. Un quart d’heure avant qu’elles ne débutent, ils y sont conduits en délégation, et des places leur sont réservées au premier rang. La salle de restauration est aussi un lieu d’échange. On peut rencontrer d’autres personnes, entendre ce qu’elles vivent. Certaines personnes traversent des situations très douloureuses. A Lourdes Cancer Espérance, nous faisons l’expérience de la vie, de la fraternité qui nous réconforte, cela nous rend plus forts. »

Responsable de l’organisation du personnel infirmier bénévole pendant le pèlerinage, Françoise Darrieux aime à dire que « servir à LCE, c’est un appel. » A l’Accueil Notre-Dame, les équipes assurent les soins avec compétence, et tout est mis en œuvre pour que les personnes malades puissent être accueillies, y compris si elles souffrent de pathologies lourdes et complexes. Pour Françoise, l’accompagnement des personnes malades se situe avant tout sur le plan humain et relationnel. « C’est un engagement qui fait partie de ma vie ; ma mission d’infirmière et ma mission de chrétienne sont étroitement liées. »

Au service des pèlerins malades

Pour François Labadie, la vérité du lieu se manifeste dans le partage des qualités du cœur. « Tout au long de l’année, les rencontres qui se déroulent à Lourdes se disent dans cette vérité et cette simplicité des relations humaines. Dans une clinique de Bayonne où j’ai travaillé auparavant, il y avait parmi les équipes un chirurgien que, bien des années plus tard, j’ai pu rencontrer à l’Accueil Notre-Dame ; il faisait partie des équipes de l’hospitalité comme brancardier, désireux d’accomplir son service autrement que dans une relation patient-médecin. Cet exemple parmi tant d’autres manifeste la profondeur des engagements. »

A l’Accueil, François Labadie observe l’abnégation des bénévoles qui se donnent totalement à leur mission. Ceux qui servent les malades sont portés par la foi qu’ils ont en la vie et en l’être humain : « Je connais des hospitaliers qui ne sont pas croyants mais qui viennent à Lourdes pour vivre ces échanges qu’ils ne trouvent nulle part ailleurs. Ces sont des moments intenses et beaux, et seule compte la bienveillance des uns pour les autres. Dans un pèlerinage comme celui de Lourdes Cancer Espérance, on trouve de nombreux hospitaliers engagés pendant l’année dans d’autres missions, comme dans le cadre de l’hospitalité Notre-Dame ou de pèlerinages diocésains. Le pèlerinage LCE fédère, c’est un rendez-vous incontournable et attendu. »

François Labadie, directeur de l'Accueil Notre-Dame et Marie-Claude Aïzpurua, Présidente de Lourdes Cancer Espérance

Présidente de Lourdes Cancer Espérance, Marie-Claude Aizpurua témoigne : « A l’Accueil Notre-Dame, nous trouvons un soutien précieux pour accomplir notre mission commune. Tout est mis en œuvre pour que les personnes malades se sentent chez elles, dans un environnement apaisant et sécurisé. Le personnel de l’Accueil et les équipes de LCE travaillent main dans la main pour pourvoir à toutes les attentes.Ensemble, nous sommes là pour ‘choisir la vie’ ».

Si l’Accueil Notre-Dame fête cette année son 20e anniversaire, François Labadie n’a pour seule ambition que d’être toujours en phase avec les pèlerins, les hospitaliers, et leurs familles. Outre le souci constant d’investir dans les équipements afin que l’environnement offre des conditions de confort et de sécurité, il n’a de cesse de porter encore et toujours les valeurs auxquelles il croit. Si les travaux vont de nouveau reprendre au cours de l’hiver prochain pour cloisonner les chambres à six lits et en faire des pièces à trois lits, il souhaite aussi créer à l’avenir des espaces de convivialité où les pèlerins pourront se retrouver ; dans les étages, des salles leur seront réservées où ils pourront afficher des photos de leur pèlerinage, transmettre des informations, ou voir de petites vidéos. Il sait aussi l’attente des familles pour pouvoir séjourner sur place et accompagner leurs proches malades. Autant de projets voulus pour que chacun puisse profiter pleinement de sa démarche auprès de Marie.

En ce 20e anniversaire, le service des archives et du patrimoine permet de découvrir une belle exposition qui retrace l’histoire du lieu. « A travers cette exposition, nous avons voulu faire découvrir des visuels peu connus », témoigne Pascale Castillo, responsable du service qui a travaillé en ce sens avec Marie Cailleaux, gestionnaire de la photothèque. « Nous montrons des photos sur les étapes de la construction, de la visite du chantier par des pèlerins d’HCPT, de la bénédiction de la première pierre qui eut lieu à la basilique Saint-Pie X… Nous avons complété cette exposition par des panneaux présentés l’année dernière dans le cadre du Jubilé de la Miséricorde. Monter une exposition, c’est partager une histoire. Le choix des photos, leur agencement, sont porteurs de sens. Nous avons montré comment, à partir de la rencontre de Marie et de Bernadette, prennent forme les gestes d’aujourd’hui : gestes d’accompagnement et de fraternité. » L’Accueil Notre-Dame est un lieu de vie et de service, et pour tous ceux qui y séjournent, la grâce de Lourdes agit dans tous ces témoignages d’humanité.

Père et fils, André et Serge Grésy sont les architectes de l’Accueil Notre-Dame. Serge Grésy se souvient de cette belle aventure professionnelle et humaine : « Quand nous avons conçu les plans de l’Accueil Notre-Dame, nous avons voulu que le bâtiment se tourne vers la Grotte, à l’image de deux bras ouverts vers le Sanctuaire. Cela nous a permis d’orienter toutes les chambres et les salles à manger avec une vue sur le site. Un autre axe de notre travail était que le lieu ne ressemble pas à un hôpital. Nous avons travaillé les volumes avec des rythmes verticaux et non des strates horizontales. A l’intérieur du bâtiment, le Transit est un lieu où l’on peut avoir une vue d’ensemble sur le site. De plus, nous ne voulions pas que les personnes qui séjournent à l’Accueil se sentent isolées et nous avons travaillé aux relations entre les chambres. Le dégagement n’est pas un couloir mais un lieu où l’on peut se parler. De même, les salles à manger sont des lieux de rencontre. Sur les façades, nous avons utilisé un double vitrage thermique qui bloque près de 50% du flux solaire et améliore ainsi le confort des pèlerins. A chaque instant, nous avons apporté une grande attention au choix des matériaux : nous avons utilisé du cuivre pour les chapelles, l’ardoise des Pyrénées pour la toiture, l’aluminium pour faire la liaison de la pierre. Teinté en vert, l’aluminium traduit une certaine modernité et la couleur permet au bâtiment de s’enraciner dans le paysage. Le vert et le gris composent les couleurs des matériaux. Pour construire l’Accueil, nous avons creusé la colline pour que le bâtiment se mette en retrait par rapport au Sanctuaire, dans un souci d’humilité. Nous l’avons fait reculer au niveau des volumes, et il dégage le site, le gave. Il y a aussi un clin d’œil avec les deux ascenseurs panoramiques au centre du bâtiment. »

Le cabinet d’architecte d’André et Serge de Grésy a travaillé en concertation avec celui de Claude Bouey qui, pour sa part, s’est occupé plus particulièrement de l’Accueil Marie Saint-Frai, qui a ouvert ses portes en 1998.

Béatrice Rouquet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.