Lourdes Cancer espérance: mon premier pèlerinage à Lourdes

LOURDES, depuis toujours j’ai été bercée dans ma famille par les récits enthousiastes des pèlerinages à Lourdes, et pourtant ils ne m’ont jamais attirée. Les grandes processions  même lumineuses, les uniformes, les dévotions me troublent, et pourtant sur les pas de ma Petite Etoile, je vous ai rejoins sur le chemin de LCE. Et j’y ai trouvé en effet tout autre chose que ce que je craignais.

CANCER, le fil conducteur. Il est bon d’avoir nommé notre crabe commun. A LCE, chacun apporte ses douleurs physiques et morales et les partage comme dans une famille avec ses proches et le mot cancer se laisse apprivoiser. Ces centaines de personnes nous sont inconnues et cependant nous nous reconnaissons: tous sur la même longueur d’ondes et bienveillants les uns avec les autres. J’ai rencontré cette famille souffrante qui se bat, qui pleure, mais qui reste digne et tellement attentive aux autres. Et je me suis sentie accueillie dans cette famille.

ESPERANCE, la tristesse ne plombe pas l’atmosphère, au contraire il y a la joie, joie des retrouvailles souvent. Mais après avoir partagé la peine, le chagrin, c’est l’espoir qui reprend la main.

Comment expliquer cette ambiance, cette Espérance au milieu des épreuves, des tourments, de la révolte et ceci depuis des années et pour de plus en plus de personnes?

A LCE, il y a une autre rencontre possible, plus intime, qui porte l’âme et le cœur au plus haut: la rencontre avec Jésus. Ecouter, ne pas faire de bruit… et dans ces lieux pourtant bruyants, Jésus nous attend tout zen! Tout souriant! Il nous propose de marcher tout contre lui pour décupler nos forces intérieures et surtout l’Espérance. La confiance, l’abandon à Dieu deviennent plus faciles ici pour poursuivre le chemin semé des pierres du doute.

Une autre main nous est également tendue, celle de Marie, celle d’une mère qui offre sa tendresse pour les souffrances et la persévérance.

Après avoir ainsi été apaisée, il n’est pas possible de repartir sans le projet de se tourner encore plus vers les autres et les accompagner dans leur quotidien.

Nous avons beaucoup à partager, donner et recevoir. “Nul n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager”. J’ai reçu un nouvel éclairage de ces paroles. Donner est parfois moins engageant que savoir solliciter avec respect et recevoir avec gratitude la moindre parcelle des petits dons de la part des plus démunis qui retrouvent ainsi de la dignité, ou des plus désespérés qui se relèvent pour donner.

Laisser percevoir l’Evangile au-delà de l’attitude d’humanité, “challenge”!

La cordée de l'Espérance : délégation de la Vendée, samedi 19 septembre

Merci à tous ceux qui permettent ce temps à LCE. Temps de prières, de rencontres et d’échange dans le carrefour. Moments de partage, de chants, d’humour et d’espièglerie. Instant de foi profonde offert par les pèlerins qui ont reçu le sacrement des malades. Emotion des témoignages et temps d’enseignement, de ressourcement par les homélies très en prise avec notre vie.

Annie

Ce contenu a été publié dans Approfondir sa foi, LCE85, Vie des délégations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>