« Soyez miséricordieux comme notre Père est miséricordieux ! »

« Soyez miséricordieux comme notre Père est miséricordieux ! »

C‘est sous un soleil des plus radieux que la délégation d’ L C E 63, forte de 63 pèlerins, a participé le samedi 21 mai au Jubilé de Notre Dame du Puy. Celui-ci a lieu lorsque le 25 mars, fête de l’Annonciation (conception du Christ) coïncide avec le vendredi saint. Evénement rarissime, le prochain se déroulera en… 2 157 (puis 2 168 !). Evénement exceptionnel cette année puisque ce Jubilé ou Grand Pardon est concomitant avec celui de la Miséricorde, décrété par notre Pape François. Deux jubilés en un. En un seul Jubilé, nous avons été invités à vivre deux démarches : Marie nous aide à préparer nos cœurs et Le Christ nous offre la Miséricorde du Père.

Arrivés Place Michelet, nous avons mis à profit la matinée pour découvrir cette ville d’art et de spiritualité qu’est la capitale du Velay. Nous avons eu le grand plaisir d’être rejoints par une délégation d’L C E Allier, conduite par la responsable départementale, Elisabeth Berthon.

Ballade pédestre et « petit train » ont permis à tous d’admirer les points forts de la cité ponote (18 500 habitants) : en effet, il fait bon de découvrir l’étonnante chapelle Saint Michel d’Aiguilhe, située sur un site géologique unique en son genre, la cathédrale de style roman (inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco) et son cloître du XII siècle, le rocher Corneille et la statue Notre Dame de France, sans oublier le sanctuaire Saint Joseph de Bon Espoir, lieu également de dévotion importante. La ville a reçu au cours des siècles de très nombreuses visites papales et royales. Avant les apparitions de Lourdes (1858) le Puy Sainte Marie, alors dénommée,  était le sanctuaire marial  le plus visité de la chrétienté occidentale.

Chez tous, l’émerveillement est palpable devant tant de beauté, citons en autres, le charme de belles demeures, statues, fontaines….ville médiévale par le tracé de ses rues, datant même de l’Antiquité, ville « Renaissance » par l’architecture de nombreux logis. La ville offre un cours de géologie, d’histoire et d’architecture.

Le marché du samedi matin, près de l’Hôtel de ville, ainsi que les bars environnants, ne manquent pas de pittoresque…

On ne peut pas parcourir cette ville d’exception  sans évoquer ce qui participe à sa renommée mondiale : tout d’abord le point de départ de la « Via  Podiensis » vers Saint Jacques de Compostelle mais aussi la dentelle à la main, dont on peut encore assister,  devant les échoppes, à des démonstrations de fabrication à « l’ancienne »

Arrive toujours un moment où « les estomacs crient famine »

La Haute Loire offre une gastronomie remarquée, (et des chefs réputés !) caractérisée par des produits emblématiques, tels que : la lentille verte du Puy (AOP), la Verveine du Velay, mais aussi par des produits plus singuliers : Fin gras du Mézenc, « le fameux et fabuleux fromage aux artisous », la fourme d’Yssingeaux… et une charcuterie de montagne aussi variée qu’exceptionnelle !

 Au restaurant Le Romulus, l’ensemble de 75 convives (nous avons eu la joie d’accueillir « Ninou », la déléguée d’LCE Haute Loire, venue partager avec nous le déjeuner)  ont pu apprécier quelques spécialités vellaves…histoire de nous mettre l’eau à la bouche… et ainsi nous inviter à revenir en pèlerin-touriste.

Vite, trop vite sans doute et il était déjà temps de quitter la table afin de débuter notre démarche jubilaire et ainsi de rejoindre le village du Jubile, (celui-ci reste ouvert jusqu’au lundi 15 août 2016, Fête de l’Assomption, jour de grande fête mariale  au Puy chaque année et date de clôture du dernier Jubilé du XXIe siècle).  Chacun alors mesure que la Haute ville du  Puy est pentue…elle exige une montée méritoire. Mais la récompense est au bout du « Chemin». Ici, tout prend sens. C’est « un lieu où souffle l’Esprit » pour reprendre la célèbre expression de Maurice Barrès.

Apres une halte bienfaisante – et la remise du kit du pèlerin – dans le jardin de l’ancien monastère de la Visitation,  nous débutons notre parcours jubilaire.

 

     Première étape : la chapelle Saint Alexis                                                     «Pars !»

Accueillis dans l’ancienne chapelle de l’hôpital général, dédiée à saint Alexis (Ve siècle) (aujourd’hui siège du Conseil Départemental de la Haute Loire) nous invoquons l’Esprit Saint – nous lisons tous ensemble la prière de Saint Augustin- et nous faisons mémoire de l’Annonciation du Seigneur à Marie.

Il nous est remis la Croix de procession et nous grimpons en direction du baptistère.

« Par le message de l’ange, Dieu nous a fait connaître l’Incarnation de son Fils Jésus Christ …. »

 

     Deuxième étape : le Baptistère Saint Jean                                                « Crois !»

Dans ce magnifique lieu du Ve siècle, chacun a pu renouveler ses promesses de baptême et recevoir une écharpe blanche, mais aussi proclamer la profession de Foi.

 

     Troisième étape : au pied de Notre Dame du Puy et du tabernacle «Me voici !»

Au pied de l’autel de Notre Dame du Puy, La Vierge Noire invite chacun à tourner ses regards vers son Fils.

 

     Quatrième étape : la pierre des fièvres                                       « Accueillir Marie»

Auprès de la pierre des fièvres (vers 431), il est fait mémoire de la Passion et de la Mort du Christ.

« ….conduit nous par sa Passion et par sa croix…. »

 

     Cinquième étape : au tombeau vide                                          «Venez, voyez l’endroit»

Au pied de la fresque de la visite des saintes femmes au tombeau vide, c’est l’annone de la Résurrection.

« …jusqu’à la gloire de sa résurrection »

Un puissant et chaleureux  Alléluia communautaire s’élève alors sous les voutes romanes, pour se poursuivre et achever notre pèlerinage au Puy en participant à l’Eucharistie, source et sommet de toute vie chrétienne.

 A l’issue de la Messe, il nous reste encore à dévaler les dernières  marches de la  rue des Tables et à admirer une dernière fois la belle façade de la cathédrale écrasée d’un soleil encore ardent,  et de rejoindre, fatigués mais « tout en jubilation » notre car et son sympathique chauffeur, Jérôme.

Outre le fait d’évoquer les saints et les hauts lieux altiligériens (Saint Jean-Francois Régis, apôtre infatigable du Velay et du Vivarais… l’abbatiale Saint Robert à La Chaise-Dieu et son festival, Chavaniac-La Fayette, Saint Julien de Brioude, Sainte Agnès de Langeac, Anne Marie Martel et les béates, les  Fêtes Renaissance du Roi de l’Oiseau, le festival de Country de Craponne etc.…) mais aussi  de savourer les doux et majestueux paysages, le retour sur Pont du Château permet à chacun de partager ces moments si riches en émotions et en amitiés fraternelles.

Déjà beaucoup ont hâte de se retrouver à partir du 20 septembre  lors de notre pèlerinage du sourire à Lourdes. Alors que d’autres, bercés par l’Antienne du Puy (ou Chant du Salve Regina) plongent dans une sieste bienfaisante…

**********

A l’issue de cette inoubliable démarche jubilaire, il nous reste maintenant à la mise en pratique des œuvres de miséricorde spirituelles et corporelles envers le prochain.

Maintenant il nous faut devenir missionnaire de la Miséricorde, tout joyeux d’annoncer le Christ vivant.

 

Que Notre Dame du Puy, Mère de Miséricorde accompagne chacun et chacune d’entre nous et nous permette de mettre toujours plus nos pas dans ceux de son Fils.

***

Que le Seigneur nous fasse la Grâce de nous plonger dans l’abîme de sa Miséricorde !

 

Fleuris là où tu es planté !

                                                                                             Chamalières le 4 juin 2016

Ce contenu a été publié dans LCE63, Vie des délégations, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>