Sébastien Maysounave, directeur du Pôle technique du Sanctuaire

Directeur du Pôle technique du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes, Sébastien Maysounave témoigne : « Le Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes présente un caractère unique, tant par l’attrait qu’il représente pour les pèlerins du monde entier, que par la diversité de son patrimoine, au sein duquel se trouvent des lieux remarquables, comme la Grotte et les trois basiliques, toutes inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. On peut aussi citer l’existence de cinq ponts qui se trouvent sur le domaine. Fabriqué à un seul exemplaire et selon des critères bien précis, le nouveau pont de l’Espace Grotte a remporté l’année dernière, le grand prix du jury du concours de Info Steel, instance internationale qui s’intéresse aux conceptions métalliques. Il faut dire que c’est un pont mobile, installé après les inondations, et qui peut se soulever si par cas le Gave venait à déborder sur les rives.

Pas moins de 115 bâtiments sont répartis sur les 53 hectares du site, dont 30 sont dévolus aux espaces verts. Le Pôle technique est constitué par des employés appartenant à différents corps de métier. Tout au long de l’année, ils sont chargés d’entretenir les lieux et cela dans leurs champs d’action spécifique. Maçons, serruriers, charpentiers, techniciens audio-visuels, jardiniers, peintres, balayeurs… tous sont au premier rang pour effectuer leur mission dont la plupart des visiteurs n’ont pas idée, et cela est, pour nous, l’assurance qu’ils sont bien accueillis. Chaque trimestre, entre 500 et 600 interventions mineures sont conduites : cela va de l’aménagement d’un bureau au nettoyage des piscines; de la plantation d’arbres à la peinture d’une boiserie ; de la copie d’une clé à la pose d’un tableau.Ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres. »

Depuis l’année dernière, le Pôle technique regroupe quatre services : le premier concerne les travaux et l’entretien ; le deuxième regroupe la partie « fluides et énergies » – il faut savoir que, depuis 1937, le Sanctuaire fait fonctionner sa propre centrale hydro-électrique, une partie de l’électricité étant consommée par le Sanctuaire et une autre réinjectée dans le réseau EDF ; le troisième service est celui des réseaux et télécommunications – les infrastructures requièrent du matériel spécifique comme la fibre optique, les serveurs, la téléphonie… - ; le quatrième concerne l’audio-vidéo – avec la sonorisation des lieux de culte ou des processions, le fonctionnement des écrans de la basilique souterraine Saint Pie X …

L’année dernière, Sébastien Maysounave a été nommé à la tête du Pôle technique, après avoir intégré les équipes du Sanctuaire en 2007, comme responsable-adjoint des travaux, aux côtés de Francis Laporte. En 2012, il est devenu le responsable du service, après son départ à la retraite. C’est dans cette continuité qu’il a pris la responsabilité d’un autre service en 2013. Quand Charles Petitjean, responsable de la partie fluide et énergie (gaz, climatisation, chauffage), a pris la retraite, le service a été rattaché au premier, pour devenir plus important, avec le nouveau nom des services techniques. En 2016, Thierry Lucereau, chargé des opérations, a créé un nouvel organigramme, et c’est ainsi qu’est né le Pôle technique.

Son parcours personnel est lié à la passion pour ce métier où, après avoir travaillé de 2000 à 2007 dans le négoce du bois dans le groupe Saint-Gobain, il a ouvert une autre page de sa vie professionnelle.

En s’appuyant sur une formation universitaire de Master 2 suivie à l’université de Grenoble -management technique du patrimoine bâti-, son travail au sein du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes offre une belle dimension de vie, et il aime à rappeler à ce sujet les mots de Robert Hossein présent à Lourdes au moment de monter le spectacle « Une femme nommée Marie » : « Croyant ou non-croyant, vous ne serez plus jamais les mêmes. »

A la mission première de l’entretien et de la maintenance, assurés par les équipes qui sont sur le terrain, s’ajoutent les projets qu’il faut porter, avec des enjeux très forts pour le Sanctuaire.

Pour les dix années à venir, plusieurs chantiers sont à l’étude. Il faut ainsi améliorer l’accessibilité du Sanctuaire, notamment pour les personnes atteintes d’un handicap. Que la personne soit en fauteuil roulant, atteinte de surdité, malvoyante ou en déficience cognitive, il faut améliorer les conditions d’accueil : cela se situe au niveau de la voirie, des rampes d’accès, des largeurs de cheminement, des boucles magnétiques au niveau des piscines, des bandes podotactiles…

D’autres projets vont être conduits, comme le renouvellement des installations au niveau de la sonorisation. Il faudra aussi renouveler les postes informatiques du sanctuaire, mettre en conformité les 36 ascenseurs répartis sur le site, réaménager les tisaneries de l’Accueil Notre-Dame, rénover le clocher de la basilique de l’Immaculée Conception, refaire les blocs sanitaires répartis dans le domaine, travailler sur la sécurisation du domaine, étendre le réseau Wi Fi dans les lieux d’hébergement, et bien d’autres projets… Tout cela se fait en fonction des capacités financières du Sanctuaire mais aussi d’une vision sur l’avenir.

« Les autorités pastorales et les équipes du Sanctuaire travaillent ensemble pour les réaménagements nécessaires. Rien n’est laissé au hasard, qu’il s’agisse d’organiser le flux des pèlerins ou d’embellir le site, en réaménageant par exemple la chapelle des lumières, il faut tout préparer, tout étudier, tout retranscrire », poursuit Sébastien Maysounave.

En juillet 2017, une étude a permis d’évaluer de façon précise quels étaient les dérangements sonores à l’espace Grotte. Pendant quatre jours, un bureau spécialisé a assuré des relevés acoustiques 24h/24. Ces données vont être analysées et qualifiées.

Quel que soit son champ d’action, tous ceux qui œuvrent au sein du service sont là pour accueillir les pèlerins, et tout faire pour que leur séjour se déroule le mieux possible. Au sein du Pôle technique du Sanctuaire Notre-Dame, est donnée la belle mission d’entretenir les lieux pour qu’ils soient accueillants, et de porter les projets qui permettront de conserver intact le patrimoine culturel.

Béatrice Rouquet

Ce contenu a été publié dans Découvrir le Sanctuaire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>